top of page

Christie Morreale, Vice-Présidente du Gouvernement wallon et Ministre de l'Egalité des chances,


En cette journée mondiale contre l'homophobie, la biphobie et la transphobie, nous avons invité Madame la Vice-Présidente du gouvernement wallon et Ministre de l'Emploi, de la Formation, de la Santé, de l'Action Sociale, de l'Egalité des Chances et des Droits des femmes, Christie Morreale à répondre à nos questions.


Arc-en-Ciel Wallonie : Vous avez décidé, comme de très nombreuses communes wallonnes, de hisser le drapeau arc-en-ciel sur la façade du Ministère à l'occasion du 17 mai, journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie. Pourquoi désiriez-vous vous joindre à cette action ?


Christie Morreale : Il est important que les pouvoirs publics, dans leur ensemble, promeuvent l’égalité et la lutte contre toutes les discriminations, en ce compris celles relatives à l’orientation sexuelle et aux identités de genre.


Dans ce combat, l’Etat doit être un exemple d’inclusion, la puissance publique doit être le moteur et la garantie des émancipations individuelles. Dans cet état d’esprit, les Wallons et les Wallonnes LGBTQI+ ont besoin d’une visibilisation positive de leur communauté. Arborer le drapeau Arc-en-ciel permet pour partie celle-ci. Car afficher ce drapeau sur des bâtiments publics, c’est à la fois rendre hommage à celles et ceux qui se sont battus pour les droits acquis et encourager celles et ceux qui se battent pour de nouveaux droits.


En tant que Ministre wallonne de l’Egalité des chances, c’est aussi un acte militant et politique pour dire : « Regardez, il y a des personnes LGBTQI+ en Wallonie ! Nous devons les écouter, nous devons les défendre, ils sont une partie de notre société ! ».


Selon vous, pourquoi est-il toujours aussi important de célébrer cette journée ?


Des militants ont choisi le 17 mai car le 17 mai 1990, l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) a - enfin - décidé de ne plus considérer l'homosexualité comme une maladie mentale. C’était il y à peine 30 ans !


Mais, comme date symbolique de la Communauté LGBTQI+, je crois que c’est surtout le 28 juin que l’on devrait retenir. En effet, le 28 juin 1969, c’est une date révolutionnaire au fond. Ces émeutes de Stonewall, à New-York, c’est en quelque sorte la Prise de la Bastille des droits LGBTQI+, une avancée supplémentaire dans la conquête des droits humains. À partir de cette révolte, la lutte contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie a pris une ampleur inédite et internationale.


Peu importe la date au fond. Ce qui compte avec cette journée internationale, cette célébration du 17 mai, c’est d’occuper l’espace politique