top of page

Coup de théâtre au Conseil de l’Europe

Hasard de calendrier ? A l’heure où le colloque « Men having babies » se prépare à Bruxelles (voir notre article ici), la sénatrice Petra De Sutter défendait son rapport sur la GPA au Conseil de l’Europe. Entretien avec l’intéressée suite au vote inhabituel de la Commission des Affaires sociales ce mardi.

Ce rapport que tu as présenté, en quoi consiste-t-il ?


Le rapport comprend trois parties distinctes :

- La résolution qui est un résumé du rapport

- Les recommandations qui sont des propositions d’actions

- L’explicatif qui dresse un état des lieux, analyse les problèmes rencontrés, …

La résolution et les recommandations sont votées séparément.

Mon rapport dresse un bilan de la situation de la GPA à l’heure actuelle et propose une légalisation de la GPA non commerciale au sein des états membres en pointant l’intérêt primordial des droits de l’enfant.


Nous avons pu lire dans la presse que le vote avait été négatif, est-ce exact ?


Oui et non. L’assemblée était très divisée. C’était pratiquement du 50/50. L’opposition a proposé des amendements sur la moitié des paragraphes. Par exemple, dans une phrase comme « les états devraient interdire la GPA commerciale », l’opposition demandait de retirer le mot « commerciale ». La phrase perd évidemment son sens premier. Certains amendements ont été acceptés, d’autres non. A la fin des débats, le texte n’avait plus aucun sens. En tant que rapporteure, j’aurais pu demander à ce qu’on retire le rapport puisqu’il ne correspondait plus à ce que je proposais initialement. Mais je voulais connaitre la décision finale.


Ils ont donc voté négativement.


Oui, et cela m’a étonnée vu le nombre d’amendements qu’ils avaient proposé. Comme je le disais, cela s’est joué de peu : 19 voix contre 17. Il a fallu ensuite voter les recommandations et là, coup de théâtre, elles sont votées favorablement à 17 voix contre 14. C’est une première dans l’histoire du Conseil de l’Europe.


Nous savons que la GPA est sujet à de nombreux débats, même au sein d’un même parti. Quelles sont les tendances ?


Clairement, en faveur d’une GPA légalisée et non commerciale, nous avons tous les partis de gauche et les libéraux. Dans l’opposition, on retrouve les partis conservateurs et donc les pays dirigés par ceux-ci : Europe de l’Est, pays soviétiques, … Les partis féministes sont habituellement « de notre côté » sur les thématiques difficiles comme l’avortement, l’euthanasie, … mais en ce qui concerne la GPA, ils sont farouchement contre.