top of page

Conférence Ilga 2015 : compte rendu

Comme chaque année, un représentant d'Arc-en-Ciel Wallonie s'est rendu à la conférence organisée par Ilga Europe. C'est à Athènes que j'ai eu le plaisir de m'immerger dans les questions LGBTI actuelles parmi plus de 400 activistes du monde entier. En voici mon compte rendu.

Globalement, il en ressort deux éléments. Le premier est de constater que le projet européen avec ses valeurs et ses droits est à l’arrêt ; quand cela arrive, les LGBTI sont parmi les premiers à subir cette paralysie. Le second, plus positif, est un message encourageant les associations à reconnaitre la diversité au sein même du mouvement LGBTI.


Dès la première conférence, le ton est donné :


"Aucun leader politique ne sera présent cette année. Ils ont été invités, mais n'ont pas jugé nécessaire de se déplacer."


Le monde traverse actuellement différentes crises. Les questions LGBTI pourraient-elles être relayées au second plan ? Çà et là, les avancées sociales et les droits sont davantage garantis. Pour quelles causes devons-nous encore nous mobiliser ? Et si les politiques pensaient avoir fait le tour de la question ?


Une question de vocabulaire, mon cher !


Il est faux de penser que tout va bien en Europe. Les réactions violentes en France lors des débats sur le mariage pour tous, par exemple, nous prouvent le contraire. Il est intéressant de constater que le discours des opposants aux droits LGBT évolue. Ils font de plus en plus référence aux droits humains, par exemple en mettant en avant leur devoir de "protéger les enfants", et ce, peu importe le sujet du débat. Que l'on parle de mariage ou de GPA, le sujet importe peu au final, tout comme ce que l'on intègre à la notion de droit humain qui, à force d'être scandée à tout-va, en perd toute signification et se confond dans une mélasse indigeste de protestations. Les opposants aux droits LGBTI usent et abusent aussi du terme "genre". Un mot qui peut englober autant d'idées et de concepts qui se contredisent. À titre d'exemple, en Slovaquie, une campagne d'affichage "Stop Gender" a récemment vu le jour. Il pourrait s'agir d'une blague tant la démarche paraitra ridicule aux yeux d'un public averti, mais je suis au regret de vous annoncer que c'est la triste réalité, et que la confusion peut s'avérer être une véritable arme de désinformation massive.


Comment maintenir l'intérêt des politiciens ?


Il ne faut jamais cesser d'éduquer nos représentants. Il faut constamment leur rappeler le vocabulaire adéquat, quels termes citer et faire en sorte qu'ils nomment ces problématiques afin qu'elles existent. Il faut leur faire reconnaitre les besoins des LGBTI parce que, entre certaines grandes victoires et les horreurs que représentent des événements très médiatisés, gravitent autant de causes qui méritent encore leur intérêt.


Les commissions qui travaillent sur ces sujets font, sans doute, du bon travail. Ce n'est cependant pas suffisant. Elles n'agissent pas sur le gouvernement et n'ont donc que très peu d'impact sur le peuple.