top of page

Lutte contre le vih : il faut poursuivre l’effort

Le nombre de nouvelles infections au vih baisse en Belgique mais le niveau de dépistage ne progresse pas. Il faut poursuivre les efforts dans notre pays pour atteindre l'objectif ambitieux d'ONUSIDA : éradiquer l'épidémie d'ici 2030.

Chaque année à la même époque l’Institut Scientifique de Santé Publique (ISP) publie les statistiques épidémiologiques du vih et du sida.


Le rapport vih 2014 a été rendu public le 26 novembre. La presse a aussitôt relayé les principaux éléments. En particulier, le nombre de nouveaux diagnostics positifs connaît, pour la deuxième année, une diminution significative. Avec 1039 nouveaux cas de séropositifs diagnostiqués en 2014, la baisse par rapport à 2013 est de 8%. Et pour la première fois, la baisse concerne aussi les homosexuels (ou pour être plus précis les infections transmises par un rapport sexuel entre hommes – le groupe dit des HSH). Cette diminution est assez spectaculaire puisqu’elle est de 21% par rapport à 2013. L’ISP rappelle toutefois qu’elle intervient après près de quinze ans de forte augmentation.


Ce résultat est donc encourageant, mais encore loin d’être satisfaisant. La Belgique reste dans le peloton de tête européen des pays présentant un haut niveau d’incidence du vih. Pour que la baisse se confirme dans les prochaines années, il faut poursuivre les efforts. La vigilance doit rester l’affaire de touTEs. L’usage du préservatif reste bien évidemment à promouvoir. Mais il faut entrer dans une stratégie de prévention combinée, alliant pour chacun d’entre nous protection et dépistage régulier, et au besoin le recours au traitement post exposition. Au-delà de la vigilance individuelle, beaucoup de progrès restent conditionnés à des mesures publiques. Mais lesquelles ?


Continuer à améliorer le suivi épidémiologique


J’ai suffisamment critiqué par le passé la médiocre qualité du rapport annuel sur le vih de l’ISP pour ne pas reconnaître un changement significatif particulièrement visible cette année. Demandée par Arc-en-Ciel Wallonie, l’amélioration des statistiques et de leur exploitation était aussi un des objectifs du