top of page

Les plaisirs du plein air entre clandestinité et liberté sexuelle

La drague en extérieur fait partie des pratiques sexuelles dont bien peu osent se vanter. Cela reste un peu honteux et inavouable. Pourtant elle existe depuis la nuit des temps, a ses propres codes et ses lieux plus ou moins établis. Arc-en-Ciel Wallonie a voulu en savoir plus sur cette réalité. Il ne faut pas aller très loin pour mener l'enquête. Des lieux de drague en extérieur il y en a en fait un peu partout.

Je me suis d'abord posé quelques questions. Qui sont réellement ces gens qui se rencontrent en extérieur ? Quel regard porte la jeune génération sur la fréquentation de ces lieux ? Dans notre monde connecté, la drague en extérieur a-t-elle, au fil du temps, perdu ses lettres de noblesse ? Est-ce qu'internet a rendu le public plus frileux et changer les méthodes de drague, reléguant les aires d'autoroute et les parcs au rang de zones sinistrées ?


Pour tenter de répondre à ces questions et lever un coin du voile sur ces pratiques qui, aux yeux de certains, peuvent paraitre étranges, voire glauques, j'ai rencontré des personnes qui fréquentent régulièrement ces zones de drague. Elles nous livrent un bref témoignage. Un début d'explications. Dans leurs propos, rien de vulgaire, rien de pervers, mais une quête assumée d'un plaisir différent. Un plaisir aux codes singuliers.


Pour Antoine, 31 ans, le premier intérêt des lieux de drague est qu'ils permettent des rencontres réelles très directes et diversifiées.


"Je fréquente les lieux de drague extérieure pour plusieurs raisons. D'abord parce que dans ce genre d'endroits, je rencontre des gens... des vrais ! Pas de faux profils, pas de cyber branleurs, pas de collectionneurs de photos, pas de mythos... des gens qui recherchent en général la même chose que moi. Des gens qui ont le cran d'être là, de montrer leur tête (et le reste) pour de vrai ! Ensuite, simplement parce que cela casse la routine. On discute, on s'amuse. Parfois l'un après l'autre. Parfois l'un sans l'autre. C'est surtout très excitant de rencontrer un inconnu, d'avoir une relation avec cet inconnu, le tout sans se prendre la tête. C'est beaucoup plus sympa que de passer des heures devant un écran !"


Le témoignage de Frédéric, un jeune gars de 21 ans, permet de se rendre compte que les sites web de rencontres entre hommes ne supplantent pas l'attractivité des lieux de drague en extérieur. Et même ... ils y conduisent !


"J'ai découvert les lieux de drague extérieurs récemment. Et en fait... je les ai découverts grâce à Grindr... Cela peut paraitre paradoxal, mais c'est cette application qui m'a donné envie de me rendre dans un lieu où la concentration de mecs qui cherchent la même chose est relativement élevée. Je suis allé à l'ile Monsin (en région liégeoise). J'étais réticent au début. Je pensais que les jeunes de mon âge ne fréquentaient plus ce genre d'endroits. J'ai vite réalisé que j'avais tort. Depuis, j'y retourne de temps en temps. Chaque fois que je m'y rends, je vais de surprise en surprise. J'y croise pas mal de mecs qui font un détour après leur boulot, juste avant de rentrer retrouver leur femme... J'y croise aussi pas mal d'étrangers, des gens qui n'oseraient peut-être pas pousser la porte des établissements officiels, et je dois dire que j'ai un petit faible pour eux... Je continue à surfer sur le net, mais on va dire que j'alterne dorénavant..."


Hervé, 54 ans, confirme d'une certaine façon le témoignage de Frédéric. La proximité et la réalité des contacts aboutit à reléguer à l'arrière plan les critères d'exclusion assez stéréotypés que la distance d'un profil sur le web tend au contraire à multiplier.


"J'aime les rencontres en extérieur