top of page

Le Conseil supérieur de la Santé valide le TasP, assorti de conditions très précises

Pour un couple sérodiscordant (l'un positif, l'autre négatif), l'option de ne plus utiliser le préservatif pourrait être envisagée, si et seulement si les partenaires répondent à des exigences très précises : encadrement médical soutenu, observance thérapeutique du partenaire séropositif, screening préalable des IST,…



La question a été posée en janvier 2013 par Laurette Onkelinx, Ministre fédérale de la Santé, dans le cadre de l'élaboration du Plan sida (à paraître) : les prestataires de soins pourraient-ils ne plus envisager le préservatif comme unique moyen de prévention mais envisager également le traitement comme un moyen de prévention ?


C'est ce qu'on appelle le TasP (Treatment as Prevention).


Les bases médicales et scientifiques qui motivent une telle question apparaissent dans plusieurs études suisse et internationale. D'après des tests menés en 2008 et 2011, une personne séropositive n'ayant plus de virus détectable dans son sang depuis au moins six mois, grâce à un traitement cART (trithérapie) suivi scrupuleusement et n'ayant aucune autre infection sexuellement transmissible, ne transmet pas le virus par le biais de contacts sexuels.


Le Conseil supérieur de la Santé recommande toutefois la plus grande prudence quant à l'interprétation de ces résultats :

  • les études ne sont pas suffisamment complètes que pour pouvoir conclure que le même niveau de réduction de la transmission puisse être atteint pour des pénétrations anales ;