Mourir d’être soi

May 3, 2012

à Ihsane Jarfi

 

Aujourd’hui est peut-être la fin de l’insouciance.

Nous vivons dans ce monde au milieu des drames. De tous ces drames fondus en une logorrhée d’images et de mots. Un nuage vaporeux de malheurs indistincts. Des échos lointains à nos oreilles insensibles. Tous ces décibels. L’actu est un vacarme. Assourdissant. Inaudible. Inexpliqué. À fuir, absolument.

Que sont ces sifflements irrités à côté de nos peines. De nos espoirs. De nos vies. De nos envies. Fuyez, bruits bâtards. Laissez-nous respirer. Que notre joie demeure.

Ce cri soudain, émergé d’entre mille et mille fois enchaîné. Ihsane a disparu. Et au bout de dix nuits sans lune, Ihsane est mort.

Ce cri-là ne s’efface. Ce cri-là se grave. Il sourd, étrangement proche. Familier et effarant. Questionnement ahurissant. Ce n’est plus de l’actu. C’est réel. Cela fait terriblement mal. Et ça n’a pas de sens. L’amour vaincu. Mourir d’être soi.

La Belgique vient de connaître le premier meurtre homophobe avéré de son histoire. Ici, à Liège. Maintenant, en 2012. Cela heurte l’entendement.

Arc-en-Ciel Wallonie et toutes les associations LGBT liégeoises sont sous le choc. L’incompréhension est immense. Et d’abord la tristesse. Nous partageons profondément la détresse de la famille d’Ihsane et de son ami Mathieu. Nous nous associons à la souffrance de tous ses amis.

Quatre êtres se sont perdus en perdant Ihsane. Pour ceux-là, c’est affaire de justice. Nous avons confiance. Le pourquoi sera établi.

Reste le comment. Expliquer l’inexplicable. Ou du moins comprendre. Soulever les questions. Celles des processus. Ces processus de haine et de peur qui se construisent subrepticement, dans l’indifférence, dans l’impensé. L’amour, quel qu’il soit, est richesse. Il est rencontre. Il est solidarité. Il est joie. L’amour est une valeur. Une de nos valeurs collectives. Tuer l’amour, c’est renoncer à notre humanité.

Quel inconfort : affirmer que l’amour est de bonne politique. Peut-être même n’y a-t-il pas de question plus politique que celle-là. L’amour est à prendre au sérieux. Pourvu que ce cri soit entendu !

Arc-en-Ciel Wallonie se concertera avec les autorités communales. Il faut reconstruire autrement les qualités de tolérance et d’ouverture auxquels les liégeois sont attachés. Bâtir autrement les chemins de la diversité.

A toutes les autorités cet appel : il n’est pas de fermeté plus grande que de savoir ce que l’on veut.

Aujourd’hui est peut-être la fin de l’insouciance.

Thierry Delaval

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload