top of page

Âgisme et communauté gay.

Parmi toutes les formes de discriminations que l’on peut retrouver dans notre société, mais aussi au sein même de nos communautés, l’âgisme peut faire énormément de dégâts.


Mais de quoi parlons-nous concrètement ?


Selon Estelle Huchet, chargée de campagne pour le réseau pour le réseau européen des personnes âgées (AEG Plateform europe), le terme âgisme recouvre à la fois les stéréotypes, les préjugés et les discriminations à l’égard des personnes âgées. Ce concept induit une ligne de démarcation très nette entre les personnes âgées et le reste de la population; comme si elles étaient un groupe complètement homogène différent des autres générations qui seraient, de facto, aussi dotées de caractéristiques propres. (1)


Cet âgisme est aussi fortement présent dans la communauté gay, plongeant de nombreuses personnes dans une grande solitude. Corentin et Jean ont accepté d'échanger sur le sujet sous la forme d'un portrait croisé entre deux générations que la société décide de séparer.




Où faites-vous vos rencontres, que ce soit pour faire des rencontres sexuelles, amicales ou amoureuses ? Sur les apps ? Dans la vraie vie ? Quels sont ces lieux ou quels étaient ces lieux de rencontres, car il est intéressant de voir aussi l’évolution dans ces pratiques ?


Corentin: Je fais la plupart de mes rencontres sur les apps, mais, parfois, je les fais aussi dans certains bars. Mais de manière générale, peu importe l’endroit où je décide de faire des rencontres, j’ai tendance à dire que je suis quelqu’un de très introverti qui préfère lire plutôt que parler à d’autres gens. Je suis souvent dans des bars pour lire et pour écrire, et si on m’aborde, je réponds volontiers; même si mon but n’est pas spécialement de faire des rencontres quand je suis dans cet état d’esprit. Les apps, quant à elles, je les utilise plus pour discuter car c’est beaucoup plus facile pour moi d’aborder les gens de cette façon.


Comment a évolué ta manière de faire des rencontres en cette période de COVID pour toi ?


Corentin : De manière générale, j’aborde moins les gens car je suis assez prudent. Et je ne pense pas que ce soit le meilleur moment pour faire des rencontres, pour être tout à fait honnête.


Et toi, Jean ?


Jean: Si je dois faire un retour en arrière, les rencontres se faisaient majoritairement dans les bars, dans les saunas ou dans la rue aussi parfois; car avant les réseaux sociaux, c’est comme ça que cela se passait. Une fois que les apps de rencontres sont apparues, je me sui