2020 -

REVENDICATIONS SANTÉ BELGIAN PRIDE 

Comme chaque année, la Belgian Pride, au sein de laquelle Arc-en-Ciel Wallonie est représentée, choisit un thème spécifique. En 2020, nous avons décidé de mettre en avant la santé (mentale, physique et sociale).

En tant que coupole wallonne, nous avons édité, en concertation avec les acteur-rice-s de terrain, un ensemble de revendications spécifiques à la santé. Celles-ci couvrent la santé au sens large de l’ensemble des personnes LGBTQI+ avec, entre autres, la lutte contre la sérophobie, la défense de l’intégrité physique des personnes intersexes, le dégenrage du numéro INAMI, la formation des médecins mais aussi l’accès et le remboursement des soins de santé pour les demandeur-euse-s de protection internationale et des travailleur-euse-s du sexe (TDS).

 

Bien que nous ne puissions pas prévoir la crise sanitaire que nous vivons avec la pandémie du COVID-19, ce thème est on ne peut plus d’actualité et nous permet de mettre en lumière la précarité dans laquelle se retrouvent parfois les personnes LGBTQI+ wallon-ne-s au niveau de la santé. Certains traitements hormonaux n’ont pas pu être suivis, certain-e-s jeunes ont été confiné-e-s dans des familles LGBTQI+phobes, des cas de Gestation Pour Autrui (GPA) ont été bloqués, les TDS se sont retrouvé-e-s dans des situations extrêmement compliquées, etc.

Nous rappelons qu’il est important de tenir compte de la diversité du public et lorsqu’il s’agit de la santé, les pouvoirs publics doivent intégrer les spécificités des populations LGBTQI+ dans leurs politiques.

2019 -

élections régionales, fédérales et européennes

2019 sera une année importante pour les citoyen-ne-s LGBTI (Lesbiennes, Gay, Bisexuel-le-s, Transgenres et Intersexes) de notre pays. En effet, les Parlements et Gouvernements des instances belges fédérales, fédérées ainsi qu’européennes seront renouvelées suite au scrutin du 26 mai. De nombreuses thématiques ayant un impact direct ou indirect sur les personnes LGBTI seront discutées et les politiques mises en place lors de la prochaine législature à différents niveaux pourront changer fondamentalement – positivement ou négativement – la vie de ces personnes. Il nous semble dès lors essentiel de lister et d’expliciter nos revendications – nombreuses mais nécessaires – pour tendre vers une société belge plus inclusive et plus respectueuse de tou-te-s ses citoyen-ne-s.

Ce changement sociétal n’est possible qu’au travers d’une volonté politique forte. Pour ce faire, nous appelons les futurs Gouvernements à mettre en place des mesures concertées, planifiées, financées et évaluées. Nous regrettons, par exemple, que le plan d’action interfédéral contre la violence et la discrimination à l’égard des personnes LGBTI n’ait pas été concerté avec les acteur-trice-s de terrain, n’ait pas défini un calendrier, un budget et une évaluation clairs – points essentiels à sa bonne application.
Outre ce préambule, le mémorandum est divisé en 6 axes principaux :
- La recherche et la lutte contre les discriminations
- L’école et l’enseignement
- Les droits sociaux, culturels et sportifs
- Les droits des personnes
- La santé
- L’Union Européenne et l’international

Nous vous en souhaitons bonne lecture et nous tenons à votre disposition, en tant que coupole régionale wallonne des associations LGBTI et Fédération des Maisons Arc-en-Ciel si vous désirez poursuivre la discussion et entamer un travail de fond sérieux avec les acteur-trice-s de terrain !

2018 -

élections communales et provinciales

Arc-en-ciel Wallonie, la Fédération wallonne des associations LGBTI, enjoint les autorités communales à s’engager dans de réelles politiques d’égalité et de lutte contre les discriminations incluant les questions d’orientation sexuelle et d’identité de genre. 

Malgré des avancées juridiques importantes pour les LGBTI en Belgique depuis plusieurs années, le combat contre les discriminations et pour une égalité de traitement entre tous les citoyen-ne-s - peu importe leur orientation sexuelle ou identité de genre - se poursuit et ne peut se faire sans une volonté politique forte de faire évoluer les mentalités, de combattre les violences homophobes et transphobes et d’instaurer une société ouverte à la diversité. Les communes peuvent y contribuer au regard de leurs compétences, en partenariat avec les associations LGBTI. 
 
Arc-en-Ciel Wallonie a identifié dix axes d’actions (les plans communaux de l’égalité et de la diversité, l’accueil à l’administration communale, les nouvelles législations, la police, l’enseignement, la culture, la santé et le bien-être des personnes LGBTI, l’attention particulière donnée aux seniors et aux jeunes LGBTI, les demandeur-euse-s d’asile et migrant-e-s et enfin l’engagement concret de la commune) sur lesquels les communes peuvent construire une politique de lutte contre les discriminations en faveur des minorités sexuelles, exposés dans les pages qui suivent. 

Vous pouvez télécharger ici deux documents. Le premier, intitulé "Nos 10 Revendications", est un résumé de nos demandes. Le second, intitulé "Vade-mecum", vous donne de plus amples détails sur ces mesures.

2014 -

élections régionales, communautaires et législatives

Nous votions le 25 mai prochain à la fois pour renouveler le parlement fédéral, les parlements régionaux et communautaires et le Parlement européen. 

Arc-en-Ciel Wallonie a organisé des consultations de ses associations membres, ainsi qu'un grand débat électoral. Tous ces échanges ont conduit à la rédaction d'un copieux cahier de revendications, que nous avons adressé aux différents partis démocratiques francophones.

Avant tout, nous sommes confrontés à une absence quasi-totale de données, de statistiques et de connaissances sur les représentations encore à l’œuvre et sur les diverses manifestations de l’homophobie, de la lesbophobie, de la biphobie et de la transphobie. La Belgique n'est guère une terre d'études et d'analyses. En particulier, on attend depuis des années que les universités francophones créent un master en étude de genres et de la diversité, comme il vient de s'en créer un en Flandre. Mieux, une chaire de recherche scientifique sur ces questions ne serait pas du luxe.

 

Nous pensons donc qu'un ambitieux programme d’études devrait être promu dans différents secteurs politiques. C’est sur cette base que la prorogation souhaitable d’un plan global de lutte contre l’homophobie - dont on ne peut pas dire que l'actuel est un succès - pourrait trouver davantage d’efficacité. De nombreuses politiques sont concernées : emploi et travail, justice et affaires intérieures (police), mais aussi santé publique et enseignement, pour ne citer que les plus importants. En outre, nous prônons une approche décloisonnée permettant de mieux appréhender les discriminations multiples.

 

Parallèlement, des avancées législatives dans le domaine du droit des personnes doivent encore intervenir dans les prochaines années, notamment pour mieux rencontrer l’évolution des modèles familiaux.

 

Sur les scènes internationale et européenne, la Belgique doit montrer l'exemple. Russie, Ouganda, Nigeria sont des pays où la situation des LGBT s'est dramatiquement dégradée ces dernières années. En Europe, il ne fait pas bon être homosexuel partout et encore moins transgenre, comme par exemple en Lituanie. L'homosexualité reste punissable dans près de 80 pays. Il y a du travail pour notre diplomatie si nous voulons lutter contre la montée des intolérances et promouvoir le plus haut niveau de protection et de liberté que doivent garantir les États de droits à tou-te-s leurs citoyen-ne-s.

 

Ce mémorandum est donc un appel aux futurs gouvernements des différents niveaux de pouvoir afin qu’ils établissent un niveau élevé d’ambition dans la lutte contre la discrimination en général, vis-à-vis des personnes LGBT en particulier. Les propositions détaillées qu'il décrit permettront aux autorités de donner corps à ce degré attendu d’engagements politiques.

2012 -

élections communales et provinciales

Dans la perspective des élections provinciales et communales du dimanche 14 octobre prochain, ce mémorandum vise à attirer l’attention des candidat-e-s et des formations politiques démocratiques sur les problématiques touchant les personnes lesbiennes, gaies, bisexuel-le-s, transgenres et intersexes (LGBTI).  

 

La COORDINATION HOLEBI BRUXELLES, coupole des associations LGBTI francophones de la Région de Bruxelles-Capitale, et ARC-EN-CIEL WALLONIE, Fédération wallonne des associations LGBT enjoignent les futures majorités provinciales et communales à s’engager dans de réelles politiques d’égalité et de lutte contre les discriminations incluant les questions d’orientation sexuelle et d’identité de genre.  

 

L’homophobie (et ses déclinaisons que sont la lesbophobie, la biphobie, la transphobie et l’intersexophobie) trouve son origine dans notre éducation, notre culture, dans certaines scories scientifiques, dans nos racines religieuses et nos superstitions. Elle est la résultante du sexisme et de la répartition bipolaire des rôles entre hommes et femmes. Elle affecte la vie sociale, familiale et le bien être des lesbiennes, des gais, des bi-, des transgenres et intersexes qui représentent entre 5 et 10 % de la population.  

 

Bien que largement invisible, ce groupe forme l’une des minorités les plus importantes, présent dans tous les niveaux socioculturels, dans tous les métiers, tous les âges et toutes les origines. Les personnes LGBTI sont aussi, ainsi que leurs familles et leurs amis, des électeurs-trices particulièrement sensibles aux aspects de l’action politique ayant trait à l’égalité des chances, au respect de la diversité et à la lutte contre la violence homophobe.

 

Combattre les discriminations n’est pas seulement une question de lois, mais aussi de volonté politique de faire évoluer les mentalités, de combattre les violences homophobes et d’instaurer une société ouverte à la diversité. Les communes et les provinces doivent y contribuer au regard de leurs compétences, en partenariat avec les associations LGBTI. 

2009 -

élections régionales

A l'approche des élections régionales, le mouvement associatif gay et lesbien en Communauté française a évalué la prise en compte des phénomènes de discriminations basées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre par les Régions et la Communauté. Il reste un long chemin à parcourir pour instaurer une société réellement ouverte à la diversité. Le mémorandum qu'il adresse aux formations politiques formule un ensemble de propositions.

Pour Arc-en-Ciel Wallonie et la Coordination Holebi Bruxelles, les deux asbl coupoles du mouvement gay et lesbien respectivement en Wallonie et à Bruxelles-Capitale, les autorités régionales et communautaires auront, durant la prochaine législature, à prendre leurs responsabilités en regard de leurs compétences dans le domaine de l'égalité des chances et de la lutte contre les discriminations. Ensemble, elles estiment nécessaire de passer à une phase nettement plus proactive de la part des autorités politiques.

Après l'adoption des décrets et ordonnances transposant les directives européennes en matière d'égalité de traitement, l'opportunité doit être saisie pour développer une stratégie globale de lutte contre les discriminations, devant se traduire par des plans d'action dès la mise en place des nouveaux Gouvernements.

Conforter le rôle du Centre pour l'Egalité des Chances, soutenir le tissu associatif, rendre effective l'adoption par les couples de même sexe, prendre en compte le vieillissement touchant également les personnes LGBTI (lesbiennes, gayes, bisexuel-le-s, transgenres et intersexes), s'attaquer avec force à l'homophobie à l'école, renforcer la prévention du sida et des IST, sont quelques thèmes à propos desquels le mémorandum formule des propositions.

Ce mémorandum a été adressé aux partis démocratiques francophones de notre pays.