Années 1980 • DÉBUT DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA

Tout récit historique des progrès sociaux devient creux s'il ne tient pas compte des revers et des périodes difficiles. Après une décennie de libération sexuelle, la communauté LGBTI+ essuie le coup le plus dur des cinquante dernières années. Au début des années 1980, des hommes gays et bisexuels, principalement dans les grandes villes américaines, commençaient à périr de façon inexplicable. Les scientifiques n'allaient pas tarder à découvrir un virus (VIH) principalement transmis par les relations sexuelles. Le virus s'en prend au système immunitaire, ce qui provoque dans pratiquement tous les cas un ensemble d'affections reprises sous le nom de SIDA. Au début, la plupart des personnes cont

AU TOURNANT DU VINGTIÈME SIÈCLE • MAGNUS HIRSCHFELD (1868 – 1935)

Le militantisme LGBTI+ n'est pas né avec les émeutes de Stonewall en 1969. L'un des personnages les plus marquants avant Stonewall n'est autre que Magnus Hirschfeld (1868-1935). Ce médecin juif allemand est devenu à la fois un grand théoricien de la sexualité et un chantre des droits des minorités sexuelles et de genre à l'orée du vingtième siècle. En 1897 déjà, Hirschfeld avait lancé la première organisation de défense des droits LGBT de l'histoire, avec le soutien de plusieurs personnalités en vue du monde culturel notamment, Albert Einstein, Thomas Mann et Léon Tolstoï. Hirschfeld soutenait que l'orientation sexuelle était innée et ne relevait donc pas d'un choix délibéré, et estimait que

2018 • ERICA MALUNGUINHO

En 2018, Erica Malunguinho est entrée dans l'histoire comme la première personne trans* à être élue au congrès national du Brésil depuis la création de cet organe politique, il y a 180 ans. Avant de devenir députée, Erica a créé et lancé le « quilombo » urbain Aparelha Luzia en 2016. Depuis, il est devenu l'un des espaces culturels noirs les plus influents et les plus puissants au Brésil. Les quilombos étaient des sociétés d'esclaves « marrons » au Brésil et représentent le premier acte de résistance face à l'esclavage. De nos jours, les quilombos sont d'ordinaire des communautés rurales noires qui préservent leur héritage africain, des bastions de la lutte contre le racisme, l'effacement cu

AUDRE LORDE (1934 - 1992)

Audre Lorde est née à New York City de parents immigrés des Caraïbes. Elle était écrivaine, féministe, womaniste, bibliothécaire et militante des droits civiques américaine, et a été l'une des premières femmes à critiquer la deuxième vague de féminisme, car elle ne tenait pas compte des questions d'intersectionnalité.womanisme En 1984, Lorde a été professeure invitée à l'Université libre de Berlin. Elle a été invitée par la professeure Dagmar Schultz de l'Université qui l'avait rencontrée à l'occasion de la « Conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes » en 1980. Lors de son passage en Allemagne, Lorde est devenue une figure influente du mouvement afro-allemand naissant. De concert

2006 • PRINCIPES DE YOGYAKARTA

Pour illustrer la mondialisation du mouvement des droits humains LGBTI+ au vingt et unième siècle, il suffit de considérer une réunion qui s'est déroulée en 2006 dans la ville de Yogyakarta en Indonésie. En réaction à des violations systématiques bien documentées, un groupe éminent d'une trentaine d'expert·e·s en droits humains issu·e·s de divers pays s'est rassemblé pour y définir un ensemble de principes internationaux se rapportant à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre. Ces travaux ont débouché sur la proclamation officielle des Principes de Yogyakarta. Ils avaient pour but de servir de guide universel à des droits humains qui consacrent des normes juridiques internationales c

1969 • LES ÉMEUTES DE STONEWALL

À l'échelle internationale, le début de l'émancipation et du militantisme public LGBTI+ est généralement associé à quelques journées mouvementées à New York City, il y a cinquante ans, et à leur commémoration un an plus tard. Aux petites heures du 28 juin 1969, la police locale organise une descente dans le Stonewall Inn, un « bar pour homosexuels » dans le quartier de Greenwich Village. À l'époque, ces descentes destinées à intimider et à harceler étaient monnaie courante. Elles s'inscrivaient dans le cadre de législations locales interdisant toute tentative visant à solliciter des relations homosexuelles et le port de vêtements inappropriés selon le genre. Bien que le Stonewall Inn était t

catégories
Archives