Retour sur les deux lauréat.e.s du prix François Delor, édition 2016-2017.

Mardi dernier, nous remettions le prix François Delor, édition 2016-2017 à Florence Thiry pour son mémoire intitulé : "Hétéronormativité et expériences thérapeutiques des professionnel.e.s de la santé mentale avec des patient.e.s non hétérosexuel.le.s" & à Guillaume Albessard pour son mémoire intitulé : "L'asile lié à l'orientation sexuelle : les acteurs de la procédure belge reproduisent-ils une norme stéréotypée de l'homosexualité ?". Aujourd'hui, nous vous proposons d'en découvrir un peu plus sur leurs travaux respectifs. Pouvez-vous me faire un bref résumé de votre mémoire et de ses conclusions ? Florence - Ce mémoire a pour but d’explorer le lien entre hétéronormativité et santé mentale

5 visas humanitaires accordés par la Belgique à des homosexuels tchétchènes.

Nous apprenons aujourd’hui que 5 homosexuels tchétchènes ont reçu des visas humanitaires de la Belgique. Etant donné la situation catastrophique à laquelle les personnes LGBTI doivent faire face dans cette région du globe, gouvernée par un président affichant son homophobie aux yeux du monde sans le moindre complexe, nous ne pouvons que saluer cette décision. Cette situation critique, les 3 coupoles LGBTI (Arc-en-Ciel Wallonie, çavaria et la RainbowHouse) l’avaient notamment dénoncée en avril 2017 par le biais d’une manifestation à Bruxelles qui avait rassemblé 500 personnes et via l’interpellation du Ministre des Affaires Etrangères, Didier Reynders, qui avait par la suite exprimé son inqui

"Salut les Terriens" et la transphobie ordinaire des médias.

Samedi 31 mars, dans "Salut les Terriens", en pleine Journée internationale de la Visibilité Trans, Thierry Ardisson recevait l'Américain Trystan Reese, considéré comme le premier homme transgenre à avoir été enceint, accompagné de son compagnon Biff Chaplow et de leur enfant Léo. Au-delà de la qualité médiocre de l'interview qui a comporté son lot de maladresses, de lourdeurs et de blagues de mauvais goût, c'est surtout le bandeau présent à l'écran tout au long de l'entretien qui a été particulièrement interpellant. On pouvait y lire : "La maman est à gauche de l'écran". Or, renvoyer volontairement une personne transgenre à son sexe assigné à la naissance témoigne non seulement d’un manque

catégories
Archives